9 avril 2008 0 Commentaire

Comment la mer sculpte le littoral….

scuplture.jpg  Une mer artiste qui en détruisant et en construisant arrive a fabriquer des merveilles; des cotes extraordinaire..  que nous devons épouser; ça veut dire construire dans le sens de cette dynamique.  il vaut mieux l’épouser que la défier.

Les littoraux
La mer exerce une action tantôt destructrice, tantôt constructrice sur les littoraux. La forme des côtes dépend de l’action des marées et des courants sur les roches  continentales.
1. L’action destructrice de la mer.
Les continents sont reliés aux fonds océaniques par le plateau continental, peu profond (moins de 200 m), où se déposent les sédiments qui résultent de l’érosion terrestre, après avoir été transportés jusqu’à la mer par les fleuves.
Les littoraux sont constitués par la zone de contact entre les eaux et les terres, délimitée par le niveau des hautes et des basses eaux, qui détermine la largeur de ce que l’on appelle l’estran. La zone littorale, plus ou moins large selon la pente de la côte, est l’objet d’actions mécaniques et chimiques exercées par les eaux.
Le déferlement des vagues, chargées de galets et de sable en mouvement, est un puissant agent de destruction des roches littorales. C’est par désagrégation progressive qu’elles sont transformées elles-mêmes en sables et galets. La frange littorale usée par le bombardement des galets entre les hautes et basses mers finit généralement par être aplanie et par former une plate-forme d’abrasion marine.
La nature des roches joue également un rôle important : les roches dures, en saillie dans le relief, forment des pointes rocheuses, prolongées par des écueils à fleur d’eau. Au contraire, les roches moins résistantes, plus vite détruites, sont en creux dans le relief (vallons) et donnent naissance à des anses. Dans les calcaires, la falaise est provoquée par le recul de tranches de roche attaquées à la base et qui s’écroulent.
La seconde action de destruction de la mer est chimique. Les embruns, les eaux salées, l’alternance d’immersions et d’émersions provoque la dissolution des roches, surtout dans les pays chauds.
2. L’action constructrice de la mer.
Mais la mer construit aussi des littoraux. Les matériaux libérés par l’érosion sont pris en charge par les courants qui dérivent le long des côtes et sont déposés lorsque la faiblesse de la pente ralentit le courant. Les dépôts d’alluvions marines construisent des plages qui tapissent les anses des littoraux rocheux, comme en Bretagne, et des cordons sableux modelés en dunes par le vent sur les côtes basses, comme dans les landes de Gascogne. Parfois, en Languedoc par exemple, le cordon sableux isole les eaux continentales de la mer. On rencontre alors derrière le cordon littoral des lagunes d’eaux saumâtres, où se mêlent les eaux douces continentales et des eaux marines salées qui se sont infiltrées.
Le colmatage des marais littoraux par les alluvions peut faire reculer la ligne de rivage assez rapidement.
Dans les zones chaudes, l’estran constitue un biotope favorable à la croissance des coraux, qui produisent de véritables barrières de calcaire, comme dans les îles du Pacifique (atolls).
Enfin, ce sont parfois les sédiments venus du continent par la voie des fleuves qui repoussent les eaux marines : les estuaires édifient des cônes sous-marins et, dans le cas des deltas, les bras du fleuve s’avancent dans la mer entre des bourrelets alluviaux, comme dans le delta du Rhône ou dans celui du Mississippi. 

Laisser un commentaire

Pas plus bête qu'Einstein ! |
A cheval sur mon époque! |
toilesdoisosonores |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Linéaire B, les nouvelles i...
| les sciences de la vie et d...
| dinos